<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Les secrets de la longévité, Pourquoi les femmes vivent plus longtemps ?

08/08/2013

 

Selon une étude Japonaise, les femmes vivraient plus longtemps que les hommes grâce à leur système immunitaire qui décline plus lentement. Le système immunitaire des hommes s'affaiblirait plus rapidement que celui des femmes au fil du temps, ce qui augmenterait chez ces derniers la probabilité de contracter des maladies, comme des cancers ou des infections, et donc de mourir plus précocement que les femmes.

Ces travaux ont été publiés dans la revue Immunity & Ageing sous le titre "Slower immune system ageing in women versus men in the Japanese population".

Pour parvenir à ce constat, l'immunologiste Katsuiku Hirokawa (Tokyo Medical and Dental University, Japon) et ses collègues ont réalisé des analyses de sang sur 356 hommes et femmes, âgés de 20 à 90 ans.

Ils ont découvert que le taux de globules blancs, nécessaires pour combattre les infections, diminuait au fil du temps. Toutefois, ils ont remarqué que certains types de globules blancs disparaissait moins vite et même augmentaient chez les femmes durant l’évolution de la vieillesse.

Ainsi, les lymphocytes T qui protègent le corps des infections et les lymphocytes B qui permettent la ségrégation des anticorps, ces cellules du système immunitaire qui jouent un rôle crucial dans la défense de l'organisme face aux infections, déclineraient plus rapidement chez les hommes que chez les femmes. Ils ont également découvert que certaines cytokines, ces molécules qui, lorsqu'elles découvrent la présence de cellules étrangères dans l'organisme, stimulent le développement des lymphocytes, décroissaient également plus rapidement chez les hommes que chez les femmes.

De surcroît, les immunologistes japonais ont découvert que deux catégories spécifiques de cellules immunitaires dont on sait qu'elles se multiplient avec l'âge croissaient plus rapidement chez les femmes que chez les hommes : il s'agit d'une part des lymphocytes T auxiliaires, également appelés Lymphocytes T CD4 dont le rôle est de "prévenir" et de stimuler les cellules immunitaires directement impliquées dans la destruction des cellules étrangères. Et d'autre part, des Lymphocytes NKT, qui jouent un rôle central dans la lutte de l'organisme contre les tumeurs et les virus, et dont l'acronyme est pour le moins évocateur puisqu'il signifie "Natural Killer T"...

Pour expliquer ce phénomène, les scientifiques japonais formulent l'hypothèse que certaines hormones sexuelles auraient une influence sur le système immunitaire, et notamment sur la production de certaines catégories de lymphocytes.

Selon eux, les paramètres immunologiques d’une personne pourraient être des indicateurs du véritable âge biologique de celle-ci. « Les modifications en relation avec l’âge selon différents paramètres immunologiques sont différents chez les hommes et chez les femmes », explique Hirokawa dans son essai. « Nos résultats montrent que le taux de diminution de ces paramètres est moindre chez les femmes, ce qui fait que celles-ci ont une vie plus longue », ajoute le chercheur. Mais l’âge n’est pas le seul facteur que les femmes possèdent en plus que les hommes : « Elles ont plus d’œstrogènes que les hommes, ce qui semble les protéger des problèmes cardiaques jusqu’à la ménopause ».

Enfin, les auteurs de l'étude suggèrent que ce résultat pourrait permettre de mettre en place un outil qui permettrait d'estimer l'âge biologique réel d'une personne, en analysant pour cela ses paramètres sanguins.

Les femmes vivent plus longtemps parce que leur système immunitaire vieillit plus lentement, selon cette étude japonaise.

Tom Kirkwood de (l’Institut de Santé et de Vieillesse de l’Université de New Castle Upon Tyne au Royaume-Uni) considère que ces résultats sont intéressants mais fondamentalement peu surprenants : « Il est probable que le vieillissement plus lent du système immunitaire féminin reflète un taux global plus lent de vieillissement intrinsèque au lieu que cela soit le système immunitaire en soi qui vieillisse », a-t-il expliqué.

Des études similaires menées sur des rats ont donné des résultats analogues.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus