<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Boire du vin entretient l'humeur et réduit la dépression

11/09/2013

Une étude prospective publiée dans BMC Medicine en août 2013 a révélé que La consommation de 2 à 7 verres de vin par semaine aurait un effet neuro-protecteur contre la dépression.

La présence simultanée de symptômes de dépression et de troubles liés l'alcool est fréquente et de nombreuses études ont montré que la consommation problématique d'alcool peut être associée à la dépression, non seulement en raison de l'apport accru d'éthanol, mais aussi à cause d'autres facteurs de modes de vie associés à l'excès d'alcool eux-mêmes facteurs de dépression. Or les maladies cardiovasculaires et la dépression partagent certains mécanismes physiopathologiques communs.

Les chercheurs de l’Université de Navarre (Espagne) ont suivi durant 7 ans, 5.505 hommes et femmes, âgés de 55 à 80 ans, les participants à l’étude étaient sans symptôme dépressif et n’avaient pas de trouble lié à l’alcool. Ils ont renseigné chaque année leur consommation d’alcool par questionnaire de fréquence alimentaire. Les cas de dépression ont été pris en compte sur diagnostic clinique ou mise sous traitement antidépresseur. Ils avaient décidé d’enquêter sur le rôle spécifique de chaque boisson alcoolisée dans le risque de dépression et évalué l'incidence de la dépression légère à modérée sur une cohorte de buveurs. Alors que sur cet échantillon le vin était la boisson alcoolisée la plus consommée, ils ont pu évaluer spécifiquement l'association de la consommation de vin avec la dépression.

L’étude a aboutit au bout de 7 ans à une réduction de 32% de risque de dépression chez les consommateurs modérés de vin, tant en raison de l'action de composés anti-oxydants que de facteurs de mode de vie spécifiques à ces consommateurs amateurs. Ils soulignent que  la consommation modérée d'alcool, en particulier de vin, a été inversement associée au risque de maladies cardiovasculaires.

Leur analyse a montré que :

  • une consommation modérée d'alcool de 5 à 15 g / jour est significativement associée à un risque réduit de dépression (HR : 0,72; IC : 95% de 0,53 à 0,98) par rapport aux participants abstinents,
  • une consommation de vin de 2 à 7 verres par semaine est significativement associée à un risque de dépression réduit de 32% (HR : 0,68; IC 95% de 0,47 à 0,98).

Les auteurs font remarquer, par ailleurs, qu’à leur connaissance, aucune autre étude n’avait rapporté de tels résultats sur la relation entre consommation d’alcool ou de vin et le risque de dépression. Ils ont expliqué la relation par l’effet neuro-protecteur de composants comme le trans-resvératrol et par des critères positifs de mode de vie caractéristiques des buveurs modérés et particulièrement de vin. Ils concluent sur cet effet protecteur d’une consommation faible et modérée de vin, mais mettent en garde sur les risques liés à une consommation excessive d’alcool…

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus