<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Facebook nous rendrait triste !!!

09/09/2013

On commence à voir apparaitre des publications sur l’usage de Facebook qui font état d’effets cognitifs et neurologiques, positifs mais aussi négatifs. Des études internationales alertent sur l’effet «tristesse» du réseau social.

La revue PLoS ONE, a publiée les conclusions de chercheurs des Universités du Michigan (US) et de Louvain (Belgique) qui vont dans le sens d’une dépression «Facebook» déjà évoquée par les psychiatres américains.

Ils ont voulu savoir si les gens déjà tristes augmentent leur utilisation de Facebook, ou si Facebook rendait malheureux. La question méritait d’être posée alors que plus d'un milliard d’individus et organisations sont sur Facebook, le plus grand réseau social en ligne du monde, et plus de la moitié d'entre eux se connecte tous les jours.

Ils ont conclut sur un sens précis de la relation entre l’humeur et le réseau social (L’utilisation de Facebook rendrait malheureux. Une conclusion qui fait et fera encore débat).

Les auteurs ont mené l’étude observationnelle sur 2 semaines auprès 82 jeunes qui ont utilisé Facebook durant 2 semaines, Les jeunes, étaient équipés de smartphones et de comptes Facebook. Ils ont défini le bien-être subjectif, comment les gens se sentent (bien être affectif) et la façon dont ils sont satisfaits de leur vie (bien être cognitif).

Au début de l'étude, les participants ont auto-évalué par questionnaire leur satisfaction dans la vie, leur niveau d'estime de soi et leur niveau éventuel de dépression. Durant les 2 semaines de suivi, ils recevaient 5 fois par jour des sms avec un lien vers un questionnaire qui évaluait en temps réel, leur humeur, leur anxiété, leur degré de solitude, leur utilisation de Facebook depuis le dernier sms. A la fin de l’étude, les participants ont à nouveau auto-évalué par questionnaire leur satisfaction dans la vie. Les auteurs constatent que :

  • Les participants se sentaient moins bien avec l’utilisation intensive de Facebook,
  • Leur satisfaction de la vie ou bien-être cognitif était diminué,
  • Par contre, quand ils interagissaient avec d’autres, leur bien-être affectif était élevé, mais pas forcément leur bien-être cognitif,

Et ce, quelle que soit l’importance de leur réseau, l’état préexistant de dépression, ou la nature de leurs motivations pour l'utilisation de Facebook.

Les auteurs reconnaissent que malgré que Facebook soit un outil social devenu indispensable, son utilisation chez les jeunes adultes porte atteinte à leur satisfaction dans la vie. Et déclarent que d’autres études seront nécessaires pour préciser les effets des réseaux encore récents sur la psychologie humaine.

Source:   Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus