<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Les fonctions cognitives et l’activité intellectuelle

13/09/2013

Le Dr Robert S. Wilson, du Rush University Medical Center de Chicago, (Etats Unis) considère avoir prouvé dans une étude publiée en juillet, par la revue Neurology que le maintien d’une activité intellectuelle contribue à ralentir le déclin des fonctions cognitives. Il a déclaré : “Nos résultants suggèrent qu’il est bon d’avoir des activités intellectuelles, si vous ne les avez pas déjà”.

L'étude a été menée sur un échantillon de 294 personnes âgées de 80 ans au moins. Toutes lisaient des livres, écrivaient des lettres, visitaient des musées, jouaient à des jeux de cartes stimulants comme le bridge, construisaient des puzzles, etc.
Elles ont été suivies jusqu’à leur mort (5,8 ans en moyenne) et toutes avaient accepté une autopsie de leur cerveau pour connaître l'existence d’éventuelles plaques amyloïdes, enchevêtrement fibrillaire, symptômes d’une démence à corps de Lewy, par exemple.

Des mesures statistiques ont été opérées après analyse. Il en est ressorti que plus le niveau d’activité intellectuelle était élevé, moins les signes physiques de démence étaient manifestes. Selon le Dr Wilson, une réduction de 14% du déclin cérébral pouvait être attribuée à l’intensité de l’activité intellectuelle compte tenu du fait qu’elle avait commencé de manière précoce ou tardive.

Lire des livres ne permet pas de lutter contre la maladie d’Alzheimer, mais la lecture rend les personnes âgées plus résistantes à l’apparition des symptômes de déclin des fonctions cognitives. Conséquence logique, il est bon de lutter contre l’isolement des personnes âgées, étant entendu que les fonctions cognitives sont aussi des fonctions de socialisation.

Le fait était établi depuis longtemps par des constats empiriques, dorénavant, une étude montre que L’activité intellectuelle (lire, écrire, discuter) favoriserait le maintien des fonctions cognitives. Cependant, il n’a pas été démontré à ce jour que la réduction de la vie intellectuelle peut être un signe précurseur d’une maladie neuro dégénérative de type Alzheimer.
 

Source:   Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus