<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Les préjugés anti-âges ont des effets mesurables sur la cognition

24/05/2016

Une étude menée par des chercheurs de l'Université de Toronto publiée en octobre 2015 dans la revue Psychology and Aging confirme que, face aux préjugés, les plus âgés vivent négativement le vieillissement au point de manquer de confiance en leurs capacités à entendre et à se souvenir. Au cours du vieillissement, les préjugés sociaux et personnels, ont donc bien des effets réels et mesurables sur la mémoire et l’audition. En effet, les personnes âgées qui se décrivent elles-mêmes comme vieilles et fragiles encouragent les pensées, humeurs et comportements qui vont les enfermer dans cette situation. Une image dégradée de soi qui reste trop souvent liée au regard des autres.

Alison Chasteen, professeur de psychologie et auteur principal de l'étude résume que le ressenti et l’estime de soi, à travers le regard des autres, ont bien une influence sur les fonctions sensorielles et cognitives. Son équipe a examiné 3 variables,

  • les idées communes sur le vieillissement,
  • la perception de ses capacités d’audition et de mémoire,
  • la performance réelle sur ces 2 fonctions afin de pouvoir préciser la relation entre ces 3 facteurs.

Cette recherche a porté sur 301 adultes âgés de 56 à 96 ans, qui ont passé des tests d’audition et de mémoire standards, répondu à une série de questions sur leurs propres perceptions de leur audition et de leur capacité de mémoire et interrogés, à travers différents exercices, sur leurs points de vue sur le vieillissement, la fragilité, la solitude.

L’analyse montre que les participants ayant des opinions négatives sur le vieillissement sont aussi ceux qui non seulement perdent confiance en leurs capacités à entendre et retenir les choses, mais aussi obtiennent les plus mauvais scores aux tests d’audition et de mémoire. Cette association n’est évidemment pas vérifiée pour toutes les personnes âgées, certains des participants expriment en effet des idées très positives sur le vieillissement, cependant la corrélation entre la confiance en soi et les capacités réelles est forte. Ainsi, l’auto-perceptions des capacités et la manière de vivre le vieillissement sont 2 facteurs à prendre en compte lors des examens de santé, chez les personnes âgées. Les 2 facteurs participent à déterminer la santé cognitive et sensorielle.

Ces données appellent aussi à l'éducation des patients âgés sur la meilleure façon de vivre l’expérience du vieillissement, d’ignorer les préjugés et d’améliorer leurs performances cognitives et physiques. Particulièrement au grand âge, l’estime et la confiance en soi conditionnent les capacités physiques et cognitives.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus