<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Comment l’EXERCICE intense protège les neurones

22/06/2016

Une étude des scientifiques suisses publiée en février 2016 dans la revue Scientific Reports  décrypte un mécanisme de neuroprotection qui pourrait conduire à des approches pharmacologiques plus efficaces pour atténuer les dommages irréparables causés par une attaque, une blessure à la moelle épinière, et d’autres traumatismes. Le lactate, un déchet du métabolisme du glucose, produit dans le cerveau et dans les muscles à la suite d’un effort physique intense, démontre ici sa capacité à protéger les neurones.

Le lactate protège contre l’excitotoxicité : des stimulations excessives dans les cellules nerveuses, induites par des attaques ou atteintes à la moelle épinière finissent par les endommager, voire les tuer. C’est pourquoi aussi, les traumatismes peuvent entraîner des effets critiques en cas de maladies neuro-dégénératives. Or le lactate, produit dans le cerveau après un exercice intense, contribue à protéger les neurones contre ce phénomène d’excitotoxicité. Les récepteurs qui s’emballent et provoquent cette réaction, interagissent avec le neurotransmetteur glutamate, ils ont déjà été impliqués dans de nombreux troubles neurologiques comme l’épilepsie, la schizophrénie, la maladie de Parkinson et d’Alzheimer.

Les chercheurs ont testé les effets du glutamate sur les neurones de souris, avec et sans lactate. Alors que le glutamate tue 65% des neurones, associé au lactate, il n’en tue plus que 32%. En utilisant différents inhibiteurs de récepteurs sur les neurones de la souris, les chercheurs montrent que le lactate déclenche la production d’ATP, la molécule énergétique de la cellule. Ensuite, l’ATP ainsi produit se combine et active un autre type de récepteur dans le neurone, qui active une cascade complexe de mécanismes de défense. Le résultat, c’est que la cellule est capable de résister au déferlement de signaux du récepteur. Des résultats qui désignent ainsi une cible prometteuse pour renforcer ou rétablir la neuroprotection, en cas de choc.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus