<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Placer son proche âgé dans une résidence de retraite

09/06/2016

Le placement dans une résidence de retraite peut être l’une des meilleures décisions qu'une famille puisse prendre pour son proche vieillissant, pour sa santé et pour son bonheur, surtout quand il a besoin de soins médicalisés que l’on ne peut fournir soi-même, ou qu’il souffre d'isolement. Pourtant, beaucoup de familles retardent cette décision importante, avec cependant, le sentiment d'impuissance puisque les besoins de soins du proche augmentent.

Les raisons qui amènent les familles à retarder cette transition sont nombreuses et prendre une décision sur le logement principal n'est pas facile ou simple, il existe une variété de raisons pour les familles et les personnes âgées pour éviter la discussion sur ce sujet difficile.

Nous avons sondé nos clients pour essayer de cerner les préoccupations les plus pressantes, et les résultats sont surprenants. Voici quelques raisons importantes qui semblent retarder souvent la transition indispensable à la résidence de retraite, ainsi que quelques solutions possibles pour faire face à chacun des obstacles :

  • Besoin de faire encore plus de recherche, 27% des clients interrogés déclare que leur principale raison pour le placement dans une résidence de retraite est de faire plus de recherche, de collecter des données, de regarder les sites Web sur les établissements et en les appelant directement. Les familles sont inquiètes sur les résidences et sur l’offre disponible. La recherche d’une résidence pour personnes âgées est stressante, cependant, il existe beaucoup de données fiables pour aider les familles à obtenir une bonne opinion des résidences, ainsi que les différents types de soins délivrés. Ceux qui seraient préoccupés d’avoir les comparaisons, les notations et la qualité des soins devraient visiter les sites Web disponibles. On trouve des guides qui répondent à toutes les questions ainsi que des conseillers de proximité qui peuvent fournir de précieux conseils sur les résidences. La clé est de commencer par ce premier pas pour obtenir toute l'aide à la recherche.
  • Besoin d’en parler encore plus avec le proche âgé, 22 % des personnes interrogées disent qu'ils ont retardé le placement dans une résidence de retraite à cause du besoin d’en parler d'abord à la famille et aux amis. La décision est mise de côté car il est difficile d'assurer la coordination avec les autres membres de la famille, ou parce qu’on souhaite en parler avec des amis expérimentés avant de savoir quoi faire. Bien sûr, il est pénible de penser au vieillissement du bien aimé et voir la baisse de sa santé physique ou mentale. Mais en ne faisant rien à ce sujet peut s’avérer dangereux et mettre la santé du proche en danger, il est donc important de discuter de questions telles que la planification, la santé et la logistique avant qu'elles deviennent des vraies préoccupations. Il faut tout être honnête avec soi même sur les propres sentiments et le pourquoi du retard. Craint-on de voir la fragilité du proche, Est-on inquiet au sujet des soins. Il faut penser avec réalisme à ce qui risque d’arriver si l’on ne fait rien sur la situation par rapport à ce qui risque d’arriver s’il rejoint une résidence adaptée. Ne pas hésiter à demander de l'aide d'un conseiller, à un groupe de soutien, un conseiller spirituel ou un ami de confiance et ne pas oublier de faire participer le proche quand il sera temps de prendre la décision. S’il y a des conflits familiaux éventuels, ne pas oublier que l'accent devrait être mis sur le bien-être du proche âgé et donner le bon exemple en essayant de faire au mieux pour s'élever au-dessus des rivalités familiales et en s'assurant que tous les points de vue sont pris en compte.
  • Le coût de la maison de retraite, avec le coût médian mensuel des maisons de retraite qui s’élève à 2500 euros par an, c'est sans surprise que c’est l'une des raisons pour lesquelles beaucoup de familles de personnes âgées retardent le placement dans une maison de retraite. 13 % de ceux interrogés ont des incertitudes budgétaires cités ou frais élevés comme un facteur retardant. Tout d'abord, vérifier ce qui est inclus dans le coût mensuel du logement principal, le prix peut couvrir des équipements, les repas et le ménage. La clé est de comprendre la moyenne des coûts et ce que l’on obtient pour son argent, alors, il faut faire les recherches sur chaque installation, en consultation avec un conseiller de proximité si on a besoin d'aide supplémentaire.
  • La distance pour prendre la décision, selon un récent sondage, 12 % des personnes cite les raisons d'éloignement géographique pour retarder la recherche de logements pour leur proche âgé, en vivant loin d'un être cher, et en vivant à une distance de membres de la famille qui prennent la décision et ainsi de suite. Cela reflète les données recueillies lors d'une étude de 2004 menée par l'Alliance nationale pour les techniques de soins et de l'AARP publiée dans la revue Metlife qui a révélé que 15 % des aidants naturels vivent très loin de leur proche âgé. Vivre donc à une distance lointaine pose des défis supplémentaires à ceux recherchant un logement senior, la logistique devient plus difficile et ajoute au stress. Cependant, si l’on regarde la possibilité réelle de la gestion des soins des proches à distance, on n'est pas seul. Pour se faciliter la tâche, il faut planifier des réunions familiales avec d’autres proches impliqués afin de discuter des décisions. Il faut s’assurer de disposer de tous les documents importants et les formalités administratives dont on aurait besoin, si son état de santé change de façon inattendue. Demander l'aide de ressources en ligne et hors ligne afin de déterminer ce qui conviendra le mieux au proche, ses propres besoins et le budget familial. Et il faut le répéter, ne pas hésiter à demander de l'aide de la famille, amis ou voisins.
  • Le parent n’est pas encore prêt à quitter son domicile, Il y a un certain nombre de raisons précises pour qu’un proche pourrait être réticents ou même peur d’intégrer une résidence de retraite, il peut s’inquiéter de perdre son indépendance, il peut craindre que d'autres ne s'en soucient pour lui correctement, ou il peut s’inquiéter de s'ennuyer. Il ne veut peut être pas être dans un foyer, ou il peut être attaché à sa maison actuelle ou les animaux de compagnie et être naturellement peu disposé à envisager l'idée de se séparer de biens précieux et souvenirs afin de se déplacer dans un espace plus petit. Si le bien-aimé rejette la discussion du logement principal, il faut se renseigner sur les craintes les plus courantes liées à l'assistance à domicile, surtout concernant le logement et apprendre ce que l’on peut faire pour le reconnaître ouvertement et aborder ces peurs plutôt que de le laisser faire. Une fois que le proche peut articuler ses soucis et se sentir entendu, on peut prendre des mesures pour apaiser ses craintes. Ensuite, on peut travailler ensemble pour discuter des options de maison de retraite qui valorisent l'indépendance, la confidentialité et la dignité des résidents. Parler à un être cher sur la réduction effective de ses biens peut être aussi difficile, mais une fois que la conversation est ouverte, on peut l’inciter à s'enrôler avec confiance. La famille, les amis ou même un professionnel peuvent aider.

Bien que ces raisons ne soient pas les seules, ils sont parmi les plus courantes, mais la préparation et d'avoir des attentes réalistes pour aider à éviter les obstacles potentiels.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus