<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Plus d’intensité et plus de neurones avec l’exercice physique

13/06/2016

Une étude de l’Académie de Finlande présentée dans le Journal of Physiology, London 2016 confirme que pour entretenir le cerveau et sa neurogenèse, il faut pratiquer l’exercice physique de manière soutenue. En effet, l’exercice aérobie permet de constater qu'il est possible d’augmenter la réserve de neurones de l'hippocampe et donc améliorer sa capacité d'apprentissage et cela même à l’âge adulte. De précédentes études avaient déjà suggéré que l'aérobie et le jogging ont des effets positifs sur la structure et le fonctionnement du cerveau.

Une récente étude japonaise, présentée dans la revue Neuroimage documente le reflet de notre condition physique dans notre santé mentale, en particulier avec le vieillissement. Ainsi, il existe une relation directe entre l'activité et le fonctionnement du cerveau, et la condition physique. Une bonne forme physique, chez des personnes âgées leur permet d’utiliser leur cortex de la même façon que lorsqu’elles étaient plus jeunes. Une autre étude de l’Université de Bâle (Suisse), publiée dans la revue Brain Plasticity qui illustre déjà les effets de l’exercice physique sur la neurogenèse, l'apprentissage et la mémoire, a montré également que plus d’exercice physique, c'est plus de neurones. Cependant, jusque-là, on ignorait s’il s’agissait plutôt de séances d’exercice intense avec des périodes de récupération, ou plutôt l’entrainement à la résistance. Enfin, les chercheurs de l'Université de Jyväskylä (Finlande) ont étudié quant à eux, les effets de ces différentes formes de pratiques de l’exercice sur la neurogenèse hippocampique chez les rats mâles adultes. Certains groupes d’animaux avaient été développés pour présenter une réponse génétiquement plus élevée ou plus faible à l’entrainement aérobie. Ces expériences révèlent que,

  • le plus grand bénéfice en matière de neurogenèse ou le plus grand nombre de nouveaux neurones de l'hippocampe générés est observé chez des animaux qui pratiquent beaucoup et intensément et qui, accessoirement, présentent une prédisposition génétique à mieux répondre à l'exercice aérobie,
  • globalement, des rats qui courent volontairement sur une roue, produisent 2 à 3 fois plus de nouveaux neurones que les rats sédentaires, et l'entraînement de résistance n’apporte pas autant d’effet.

En conclusion, l'exercice aérobie soutenu, avec des périodes de récupération, améliore de la manière plus significative la neurogenèse hippocampique chez l’animal. Un résultat important pour la santé cognitive, l'apprentissage et la résolution de tâches complexes. Il est possible, écrivent les auteurs, que chez l’Homme cette neurogenèse augmentée puisse induire une nouvelle réserve de neurones de l'hippocampe, et les prédispositions génétiques ont leur impact aussi sur la réponse globale à l'exercice physique.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus