<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Un nouveau modèle animal pour tester de nouvelles molécules sur l’Alzheimer

11/06/2016

Une étude publiée dans la revue Molecular Neurodegeneration, sur un nouveau modèle de rongeur mimant le stade précoce de la maladie d’Alzheimer, avant l’apparition des plaques amyloïdes et l’agrégation des protéines Tau, est estimé plus pertinent que ceux qui jusqu'ici disponibles consistant à se servir de souris souffrant d'un stade déjà avancé de la maladie.

Nathalie Cartier, directrice de l’équipe en charge de ces travaux estime que ces modèles sont utiles mais caricaturaux car ils ne donnent pas accès aux premiers stades de la maladie, et sont finalement assez éloignés de ce qui se passe réellement chez l’homme.

Les modèles actuels sont des souris transgéniques dans le génome desquels ont été introduits les gènes codant pour la protéine APP (Amyloïd Precursor Protein) et pour la préséniline. Ces mutations déclenchent la maladie dans les formes familiales rares. Les souris qui les portent présentent immédiatement des concentrations très élevées de peptides β-amyloïdes, bien supérieures à celles retrouvées chez les patients. Dans leur nouveau modèle, les chercheurs ont introduit ces deux mêmes gènes mutés dans des vecteurs viraux qu’ils ont injectés dans le cerveau de souris adultes saines provoquant une évolution plus naturelle de la pathologie.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus