<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Convaincre un Parent âgé pour entrer en maison de retraite

18/07/2016

Le placement d’un proche âgé dans une maison de retraite, surtout fort, indépendant, et vivant seul chez lui est l’une des décisions des plus difficiles à prendre dans la vie. Pour la plupart, la dernière partie de la vie devient rapidement frêle. Alors qu'on avait l'habitude de marcher de son domicile à sa boulangerie en toute simplicité, naviguer dans l'escalier de son immeuble d'habitation devient parfois un combat quotidien. Avoir une discussion sur ce sujet avec le proche âgé, tout comme de nombreux enfants adultes qui pensaient que leurs parents âgés sont autonomes, l’assistance à domicile, l’installation et le froid deviennent impossibles à prononcer. Un jour on reçoit un appel inquiétant. Le proche subi une légère attaque cardiaque ou fait une chute et doit être été transportée à l'hôpital. C’est le moment qui est généralement choisi pour partager ses préoccupations avec le parent. Mais dès que la personne se rétablit, on refait face à une forte résistance et le parent refuse de rentrer dans une maison de retraite.

Cette attitude récalcitrante est difficile à entendre de la part d’un parent âgé. Alors, que l’on est juste inquiet pour sa santé et qu’on n’arrive pas à convaincre le parent récalcitrant à rentrer dans un établissement de soins prolongés dans son intérêt.

Les experts conseillent, quand il s'agit de placer son parent âgé ce qui est probablement l’une des décisions les plus difficiles, qu’un enfant est amené à prendre car beaucoup de personnes âgées sont irréalistes et veulent croire qu'ils peuvent prendre soin d'eux-mêmes pour le reste de leur vie. Et c'est les membres de la famille qui peuvent contribuer à identifier le problème et d'inciter le changement. Peu importe l'âge du parent, il est temps de commencer à communiquer sur l'avenir. Il faut ouvrir les voies de communication dès que possible et c'est important, car les personnes âgées vivent dans le déni. 95% des personnes traitent le sujet en situation de crise avec des aînés confus et désorganisé, des enfants bien intentionnés et une famille dans le chaos. On se doit donc de gérer les situations suivantes :

  • Avoir des discussions régulières avec les parents sur ce que réserve l'avenir. On s’évite des résultats inutiles, Faites-en votre problème au lieu de problème des parents, Si vous dites, il faut faire ceci ou cela, vous les perdrez. Disons plutôt quelque chose comme : « maman, je m'inquiète pour toi ; ça me fait peur de te voir comme ça ». C'est l'approche que l’on doit avoir avec son parent. Après avoir partagé ses préoccupations sur la sécurité et la santé, l’ainé finit lentement par accepter. 90% des parents ne veulent pas encombrer leurs enfants, et ils répondront souvent à ce genre de communication honnête. Les parents cachent parfois les choses à leurs enfants adultes parce qu'ils ne veulent pas leur faire peur. Pourtant, si vous leur montrez que vous essayez d'être leur avocat, et que vous êtes vraiment préoccupés par leur bien-être, cela fera toute la différence.
  • Gérer la résistance des parents âgés, Il est conseillé lors du placement du proche âgé d’essayer de le persuader à visiter au moins une résidence, en sachant qu’il est difficile de le faire si le parent nécessite des soins et qu’il refuse de quitter son domicile. On pense alors, qu'il n'y a aucune solution magique pour persuader l’aîné à rejoindre une maison de retraite. Pourtant, la plupart change d’avis. Mais être placé sous la contrainte, nous amènent aussi tous à résister, quel que soit le bien-fondé des arguments. Et quand un parent refuse continuellement l'idée d'aller dans une résidence de retraite, alors, l'enfant a besoin de faire marche arrière en attendant, cependant, il ne faut jamais abandonner. Il faut chercher d’autres ouvertures en soulevant la question encore et encore, malheureusement, parfois les choses s'aggravent. Il faudra parfois, que le parent chute ou soit effrayé par les cambrioleurs ou avoir une coupure d'électricité parce qu'il a oublié de payer ses factures, alors on réalise que le parent ne peut plus résider dans sa maison en toute sécurité. Et dans ce cas, il faudra l’exhorter à accepter l'inévitable. Si le parent commence à montrer des signes de réchauffement, l'enfant doit mettre l'accent sur le droit à l'autodétermination du parent. Il faut structurer la conversation de manière a lui dire, que l’on ne peut plus prendre des décisions sur comment il doit gérer sa vie. Il vaut mieux, cependant, aller ensemble afin d'étudier certaines résidences possibles. Et être mieux informé sur les choix disponibles. S'il y a de la volonté du proche pour visiter une résidence senior, l'enfant devra organiser des visites et souligner que la plupart des installations permettront à son proche âgé de faire un essai pour une courte période avant que la personne décide s'il doit vendre sa maison et de rester dans l'établissement ou de rentrer chez soi. Les experts recommandent qu’un petit extra de confort puisse parfois faire la différence.
  • Former une équipe de soins : La prestation de soins est une affaire de famille. C'est encore plus vrai de recueillir les avis des frères, sœurs, enfants, oncles et tantes pour traiter un malade que l’on aime. Se réunir et discuter du problème, sans la présence du parent. Pour les familles qui ont des barrières géographiques, il faut faire appel à un conseiller de proximité qui est un expert professionnel pour guider une famille à travers les aspects émotionnels et physiques du placement.
  • Le pouvoir de l’avocat désigné : Les points importants à traiter comprennent des questions financières et qui exerceront le pouvoir durable de l'aîné pour soins de santé. Une des choses les plus importantes est de décider qui prendra les décisions critiques. Même si elle préconise une approche familiale au vieillissement du parent, elle recommande qu'une personne puisse être désigné comme avocat principal du proche âgé. Si c’est un fils ou fille ou petits-enfants adulte, devrait être responsable des décisions financières et agir en tant que procuration durable de l'aîné pour soins de santé.
  • Rassembler les frères et sœurs sur le même objectif : Quand on veut s'approcher d'un parent et faire un geste, il est vital que tous les frères et sœurs et les membres de la famille soient sur la même page. Il est crucial que tous les frères et sœurs adultes donnent à  leur parent le même message général. Il y a souvent un enfant mécontent qui engage le parent à rester chez lui pour rendre le placement presque impossible.
  • Éviter les confrontations inutiles : Lorsque la famille est ensemble, on pense parfois aborder des sujets personnels comme les bagages. Il est préférable d'éviter une confrontation inutile ou des sujets sensibles et familles, pour le bien de tous. Cela peut être émotionnellement chargé des questions. Mais se rappeler que ce n'est pas sur notre problème, c'est tout ce qui est mieux pour tes parents. Obtenir plus de conseils pour avoir la conversation difficile avec maman et papa.
  • Gérer la culpabilité : Les enfants conservent souvent la culpabilité sur le placement des parents âgés dans un établissement de soins prolongés. On remarque souvent chez les enfants adultes, indépendamment de savoir s’ils se sont promis de ne jamais mettre un parent dans une maison de retraite, la décision sur le placement doit reposer sur ce qui est mieux pour le parent, à un moment donné. Souvent, mettre un parent dans une maison de retraite est le choix le plus affectueux qu'un enfant puisse faire, car il améliore la qualité de vie du parent de perspectives médicales et sociales. Les maisons de retraite varient en qualité mais ne sont pas des mouroirs. Les parents y prospèrent souvent, à leur grande surprise. Il y a des moments où la remise en question de la décision, est finalement estimée en paix, sachant que c'était la bonne décision. La résidence pour être un endroit réconfortant pour les dernières années et le meilleur que l’on pourrait faire.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus