<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Haro sur le PSA pour le Cancer de la prostate

27/07/2016

La publication de la Cnam dans le Bulletin épidémiologique Hebdomadaire (BEH) sur le dosage de l’antigène spécifique prostatique (PSA) pour détecter un cancer de la prostate et l’évolution de sa prise en charge révèle que beaucoup trop de PSA seraient prescrits. Certes, les choses bougent, mais trop lentement. Entre 2012 et 2014, 62 % des hommes âgés de 50 à 69 ans et 68 % des hommes de plus de 75 ans ont réalisé au moins un dosage de PSA. 88% de ces examens sont prescritspar un médecin généraliste, qui dans 95 % des cas les associe à d’autres examens dans le cadre d'un bilan de santé, aux côtés de la NFS, de la glycémie, du bilan lipidique, etc.

Et même si la tendance est plutôt à la baisse depuis 2009, ces chiffres restent élevés et suffisent à expliquer qu’Assurance maladieInstitut National du CancerCollège de la Médecine Générale et HAS se soient réunis pour délivrer un message clair visant à endiguer ce flot de prescriptions. Pour ces 4 institutions, le dosage de PSA tel qu’il est encore pratiqué aujourd’hui, non seulement ne réduit pas la mortalité de ce cancer, mais provoque de nombreuses complications irréversibles induites par des traitements inappropriés.

Selon le Pr Luc Barret, médecin-conseil national de l’Assurance Maladie, ce cancer est sur diagnostiqué et sur traité.  En effet, le test PSA peut être faussement négatif et rassurer à tort, la valeur prédictive négative (VPN) est de 90% ce qui signifie que parmi les hommes qui ont un PSA < 4ng/ml, 90% n’auraient pas de cancer. Et sa valeur prédictive positive (VPP) est de 30 %, ce qui signifie que parmi les hommes qui ont un PSA > 4 ng/ml, 30% ont un cancer et 70% n’en ont pas. Et chez les hommes traités pour un cancer de la prostate en 2012 en France, 50 % ont présenté une ou plusieurs complications nécessitant un traitement dans les deux ans suivant le diagnostic, avec notamment des troubles de l’érection traités pour 35 % des hommes et une incontinence urinaire traitée pour 21 % d’entre eux. Ce dépistage a donc des bénéfices insuffisamment prouvés au regard de ses inconvénients. Mais pour autant, à titre individuel, pour un homme dont le cancer serait ou deviendrait agressif, le dépistage peut être bénéfique. S’appuyant sur les recommandations de la HAS de 2010 et 2012, dont les conclusions restent d’actualité, deux nouveaux outils destinés aux médecins et à leurs patients pour  faciliter une décision éclairée et partagée sont désormais disponibles sur le site de l’INCA. Les experts concluent que les limites et les risques de dépistage sont non négligeables et nécessitent que chaque homme décide en connaissance de cause.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus