<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Les axones et la myéline s’épuisent par l’insomnie

09/08/2016

Cette étude par IRM de l'Hôpital de Guangdong - Chine présentée dans la revue Radiology (In Press) via Eurekalert (AAAS)  identifie des anomalies dans la substance blanche du cerveau chez les patients souffrant d'insomnie. Ces nouvelles données objectives contribuent à expliquer les effets mentaux et cognitifs de ce trouble du sommeil, dont la dépression, les troubles anxieux et de l’humeur et les troubles de la mémoire.

L’équipe du chercheur Li Shumei, du Département de l'imagerie médicale de l'Hôpital de Guangdong a analysé les faisceaux d’axones de la substance blanche du cerveau de 23 patients atteints d’insomnie primaire versus 30 participants témoins sains. Elle a utilisé une méthode très sensible appelée Tract-Based Spatial Statistics et rapproché ces données cérébrales des caractéristiques de l'insomnie, définie par le Pittsburgh Sleep Quality Index et l’Insomnia Severity Index. L’étude constate, chez ces patients insomniaques,

  • des faisceaux altérés, entrainant une perturbation de la communication entre les différentes zones du cerveau,
  • une réduction globale de l'intégrité de la substance blanche dans plusieurs zones de l’hémisphère droit et le thalamus qui régule la conscience, le sommeil et la vigilance,
  • des tracts impliqués dans la régulation de la fonction cognitive, sensorielle, et dans le sommeil et l'éveil,
  • des anomalies identifiées dans le thalamus et le corpus callosum (la plus grande structure de la substance blanche) sont associées à la durée de l'insomnie et à la sévérité de la dépression.

L’implication du thalamus dans l'insomnie est jugée par les chercheurs comme particulièrement critique, puisque le thalamus abrite des constituants importants de l'horloge biologique du corps. La myéline enfin, cette couche protectrice située autour des fibres nerveuses s’avère également impliquée, avec sa dégradation, dans les anomalies de substance blanche identifiées chez les patients atteints d’insomnie.

L’insomnie a donc son empreinte caractéristique dans le cerveau. Reste à identifier le sens de la relation entre l'intégrité de la matière blanche altérée et l'insomnie.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus