<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Premier cas d’Alzheimer chez un patient séropositif

15/08/2016

Une étude de l'Université de Georgetown publiée en avril 2016 dans la revue Alzheimer's & Dementia révèle un patient séropositif diagnostiqué avec la maladie d’Alzheimer. En effet, c’est le premier cas documenté de maladie d'Alzheimer diagnostiquée chez un individu séropositif. Cette découverte réalisée chez un homme de 71 ans, déclenche une prise de conscience sur le fait que les survivants du VIH atteignent maintenant l'âge où le risque d'Alzheimer est incident. L’incidence de cette double condition, infection à VIH et trouble cognitif, porte désormais un nom : HAND ou Human immunodeficiency virus (HIV)–associated neurocognitive disorder.

Jusqu'à ce cas, les cliniciens pensaient que les personnes vivant avec le VIH présentaient un risque moindre voire nul de développer l’Alzheimer, parce que l'inflammation liée au VIH dans le cerveau pouvait empêcher les amas amyloïdes de se former. Cependant ces chercheurs et précisément le neurologue R. Scott Turner révèlent ce premier cas, présentant un dépôt d'amyloïde dans le cerveau, diagnostiqué par PET scan, et concomitamment une infection à VIH. Le Dr Turner commente ainsi que ce patient peut être un cas sentinelle qui réfute les hypothèses sur la démence chez les personnes séropositives. Il explique qu’il reste difficile de diagnostiquer la cause de la démence chez un patient séropositif, en particulier en raison des différents traitements antirétroviraux. Son analyse suggère que certains patients âgés séropositifs atteints de démence pourraient être mal diagnostiqués avec des troubles neurocognitifs associés au VIH. Il fait également l’hypothèse d’un nouveau type de démence mixte, infection et dépôt amyloïde qui portent un double coup au cerveau et entraînent une démence progressive. Une double condition qu’il nomme HAND.

Cette double condition, HAND, pourrait se développer chez 30 à 50% des personnes atteintes d'infection à VIH à long terme, entraînant des symptômes globalement identiques à ceux de la maladie d’Alzheimer. La hausse du nombre de diagnostics de démence chez les personnes plus âgées infectées par le VIH est liée à la forte croissance du groupe d'âge des plus de 55 ans y compris au sein de la population VIH-positive. Pour les seuls Etats-Unis, les CDC rapportent que plus de 50.000 personnes vivant avec le VIH sont âgées de 65 ans et plus, l'âge où le risque de maladie d'Alzheimer commence à apparaître et à être diagnostiquée.

Un cas unique donc, mais qui révèle de nouvelles informations importantes sur la question spécifique des troubles neurologiques liés au VIH et appelle à d’autres études épidémiologiques, en population générale, ainsi qu’au développement d’interventions cliniques pour mieux soutenir les personnes vivant avec le VIH et confrontées au déclin cognitif.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus