<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Les bons gènes avec le bon mode de vie pour une meilleure espérance de vie

01/10/2016

Une étude de l’Université de Buffalo publiée en avril 2016 dans la revue Oncotarget Aging  confirme l’impact de certains gènes sur l’allongement de la durée de vie, surtout en en respectant un mode de vie sain. Précisément, l’équipe a identifié un gène dans le système de dopamine du cerveau, qui peut jouer un rôle important dans la prolongation de la durée de vie. Mais il perd tout effet sans pratique de l’exercice. Au-delà de la découverte de ce gène bénéfique, c’est donc une nouvelle démonstration de l’importance de la combinaison de facteurs génétiques et environnementaux, dans les résultats de santé. L’équipe s’est ici concentrée sur les gènes de la voie de la dopamine pour évaluer leur impact sur le comportement et la durée de vie.

La dopamine est un neurotransmetteur central impliqué non seulement dans le circuit de récompense mais également dans la mobilité physique et la réponse émotionnelle. Les chercheurs ont découvert, sur la souris, que le gène du récepteur D2 de la dopamine (D2R) influe considérablement sur la durée de vie, le poids corporel et l’activité motrice, mais seulement lorsqu'il est combiné à un mode de vie qui intègre une stimulation sensorielle et cognitive, l'interaction sociale et, plus important encore, la pratique de l’exercice.

Ainsi, des souris porteuses, incitées à bouger et à faire de l’exercice, vont bénéficier d’une durée de vie prolongée de 16 à 22% versus des souris mises à l’isolement. De plus, ces résultats de longévité apparaissent toujours sous condition de pratique de l’exercice. dose-dépendants des niveaux d'expression de D2R. Des résultats qui confirment, au-delà du rôle spécifique de D2R, l’importance de l’interaction gène-environnement dans la longévité et le vieillissement.

Dr Thanos, auteur principal de l’étude relève qu’on invoque généralement les gènes dans la longévité, alors que les différences individuelles de longévité dépendent, en réalité d’une interaction complexe entre génétique et environnement. C’est enfin un rappel des bénéfices de l'exercice, sur la longévité et la santé au cours du vieillissement.

Source : Le Blog Retraite Sereine

 


comments powered by Disqus