<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

L'ALCOOL fait-il grossir

04/01/2018

Une étude de l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign publiée en novembre 2016 dans la revue Pharmacology, Biochemistry and Behavior, révèle que contrairement à certaines croyances, l’apport d’alcool n’entraine pas forcément une augmentation de l’apport calorique global et montre qu’au moins en cas de taux d’alcoolémie faible, l’alcool n’a aucun effet sur le total des calories consommées car l’alcool aurait un effet  satiété, du moins chez l’animal.

Nu-Chu Liang, auteur principal et professeur de psychologie de l’Université de l’Illinois explique « Je cherchais à savoir si l’apport en alcool affecte l’apport calorique global et peut entraîner une prise de poids corporel ». Le résultat, c’est que consommé spontanément il n’a pas ces effets, du moins chez les rats. Les chercheurs aboutissent ainsi à plusieurs conclusions intéressantes,

  • à ce stade sur l’animal, des rats de laboratoire vont boire de l’alcool, s’ils y ont accès, mais ils ne boiront pas volontairement jusqu’à l’ivresse,
  • on sait que l’éthanol est riche en calories, cependant les rats qui  boivent consomment moins de nourriture solide et leur apport énergétique total reste stable,
  • lorsque les chercheurs injectent de l’alcool à niveaux élevés à des rats pour imiter les effets d’une consommation excessive, à des taux d’alcoolémie qui correspondent à l’intoxication chez les humains, les rats se mettent à réduire leurs apports de nourritures, donc de calories et commencent à perdre du poids.

L’étude montre donc un lien direct, mais plutôt surprenant entre les taux d’alcoolémie et le comportement alimentaire chez les rats. Certes ces conclusions portent sur l’animal, cependant, les chercheurs précisent que les rats font de meilleurs modèles de comportements alimentaires que les souris parce que les rats sont des mammifères plus gros et mangent plus que les souris, ce qui facilite la mesure de leur apport alimentaire. Leurs modèles d’alimentation et les circuits cérébraux connexes sont également plus proches de ceux des humains. Cependant, ces conclusions ont des limites en regard de précédentes études aux conclusions inverses, certaines suggèrent que la consommation modérée stimule l’appétit, un comportement qui n’est pas ici constaté chez les rats.

De prochaines études sont donc prévues, avec l’objectif d’imiter au mieux le contexte et la biologie de la consommation humaine d’alcool car quand les humains boivent, c’est aussi souvent dans un contexte convivial qui encourage l’appétit, comme un dîner ou une fête. Il reste donc à valider chez l’Homme aussi, qu’aux niveaux d’intoxication, l’alcool supprime l’appétit. Et quoiqu’il en soit, ce ne serait pas une bonne stratégie de perte de poids.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus