<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Un test sanguin de la qualité de vie avec l’âge

12/01/2018

Une étude de l'Université de Boston présentée en janvier 2017 dans la revue Aging Cell identifie des signatures qui prédisent le bien-être et les risques liés à l'âge et marque une étape vers un simple test sanguin permettant de prédire la qualité de vie au grand âge. En effet, des niveaux de 19 biomarqueurs spécifiques, ou composés chimiques trouvés dans le sang, peuvent être combinés pour constituer des modèles qui indiquent la santé au cours du vieillissement et le risque de maladies liées à l’âge. Il s’agit ici de l’analyse des données de biomarqueurs recueillies à partir d’échantillons de sang de près de 5.000 participants à l'étude Long Life Family, financée par l'Institut américain sur le vieillissement (NIA/NIH). Cette analyse constate qu’un grand nombre de participants, soit environ la moitié, présente une signature moyenne sur la base d’un modèle de 19 biomarqueurs. Mais de plus petits groupes de personnes présentent aussi des profils spécifiques qui s'écartent de la norme et,

  • ces profils sont associés à des probabilités accrues d'association avec des maladies,
  • à des niveaux de fonction physique,
  • à un risque de mortalité à 8 ans,
  • un modèle s’avère également associé à un vieillissement sans maladie,
  • un autre modèle à la démence,
  • enfin un autre modèle à un vieillissement sans incapacité en présence d'une maladie cardiovasculaire.

26 signatures prédictives sont ainsi identifiées et, via les données de la fameuse Framingham Heart Study, une grande partie de ces signatures sont validées.  Ces signatures décrivent les différences dans la façon dont les gens vieillissent et permettent de prédire le vieillissement en bonne santé, les changements dans les fonctions cognitives et physiques, la survie et les maladies liées à l'âge comme les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète de type 2 et le cancer.

Une étape vers la définition moléculaire du vieillissement vient ainsi d’être franchie, avec une exploitation simple possible de ces biomarqueurs circulants multiples pour un test sanguin de prédiction des risques de mortalité et de morbidité. D’autant qu’il devient possible de détecter et mesurer des milliers de biomarqueurs à partir d'une toute petite quantité de sang, soulignent les chercheurs. Enfin, c’est également un autre moyen d’évaluer la réponse à un médicament ou un traitement.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus