<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

La recherche et l'Alzheimer

De nombreuses pistes scientifiques sont actuellement explorées pour tenter de trouver un remède contre la maladie d’Alzheimer. Bien qu’elle soit encore définie comme une maladie incurable, de nombreux traitements sont à l’étude. Les phases d’essais cliniques et d’autorisations étant très longues, le traitement miracle n’est sûrement pas pour demain, même si les laboratoires travaillent d’arrache-pied, en France et dans le monde entier.

Vous pouvez nous contacter à tout moment à contact@retraitesereine.com, Retraite Sereine vous rappellera dans les plus brefs délais.

Les traitements proposés aux malades d’Alzheimer

La plupart des traitements proposés aujourd'hui sont des traitements symptomatiques agissant sur la mémoire sans modifier l'évolution de la maladie. Ces médicaments sont toutefois utiles pour prendre en charge les patients.

Le Professeur Bruno Dubois, neurologue, préfère parler « d'efficacité réelle mais modérée ».
Ces médicaments ont un effet modeste et temporaire, mais c'est perdre une chance que de ne pas les prescrire.
Toutefois, l'arrêt du développement du médicament Semagacestat du géant américain Eli Lilly jette le doute quand au bien-fondé de l'approche scientifique de certains laboratoires.

Etat des traitements proposés. Les médicaments proposés aujourd'hui aux  personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer sont des traitements symptomatiques, ils agissent sur la mémoire sans modifier l'évolution de la maladie. Ces médicaments sont toutefois utiles pour prendre en charge les malades et ont un effet modeste et temporaire.

Etat de la recherche actuelle. La recherche est très dynamique dans ce domaine, 120 laboratoires sont actuellement concernés par la recherche pharmaceutique sur Alzheimer, 150 molécules sont même en développement pour les médicaments du futur avec  certaines d'entre elles dans des phases avancées. Tous ces traitements sont spécifiques,  et vont de ceux qui protègent les neurones, à d'autres qui préviennent  les inflations.

Coordination de la recherche. Chaque laboratoire travaille sur un angle de recherche particulier, mais la tendance est tout de même à la coopération entre eux depuis quelques mois. Déjà, plusieurs projets coordonnés entre les acteurs publics et privés sont en place. Il est évident que la France est en retard dans le domaine, mais le Plan Alzheimer consolide la dynamique en créant un Fond de coopération scientifique, ouvert sur l'Europe.

Vous pouvez nous contacter à tout moment à contact@retraitesereine.com, Retraite Sereine vous rappellera dans les plus brefs délais.

La recherche actuelle sur la maladie Alzheimer

120 laboratoires sont actuellement concernés par la recherche pharmaceutique sur l’Alzheimer, 150 molécules sont en développement pour les médicaments du futur, et une quarantaine d'entre elles sont dans des phases avancées.

Il est probable qu'il faille associer plusieurs médicaments pour obtenir un traitement véritablement efficace. Cette idée est renforcée par le Professeur Dubois : « on ne connaît pas la cause de la maladie mais on connaît toute la suite des évènements, l'évolution des symptômes. On pourrait donc bloquer la cascade à un certain niveau et espérer ralentir, voire stopper totalement le processus de dégénérescence ».

Vous pouvez nous contacter à tout moment à contact@retraitesereine.com, Retraite Sereine vous rappellera dans les plus brefs délais.

 Les tests de dépistage d’Alzheimer

La maladie d'Alzheimer n’est pas décelable immédiatement. Insidieuse, elle s’installe progressivement dans le cerveau âgé durant plus d'une vingtaine d'années avant  qu'apparaissent des symptômes probants. Souvent, le diagnostic, et donc la prise en charge arrivent tardivement. La mise en place d’un dépistage précoce est donc un enjeu de taille.

Les tests de dépistage de l'Alzheimer, ont pour objectif d’'établir un diagnostic de l'évolution potentielle de l'état cérébral des malades, avant qu'ils atteignent le stade de la démence et de la dépendance. Les chercheurs ont en effet découvert que les premières lésions cérébrales pouvaient apparaitre vers 30-40 ans, mais révéler les premiers symptômes de la maladie que 25 à 30 ans plus tard. La recherche s'est donc penchée sur des moyens de dépistage précoce, d'autant plus que la maladie risque de s'étendre avec le vieillissement de la population.

Nécessité de faire plusieurs tests de dépistage : Un seul test de mémoire n'est évidemment pas suffisant pour se prononcer si une personne est atteinte ou non de la maladie d'Alzheimer. Il faut alors élaborer toute une série de tests permettant de détecter les anomalies de la fonction amnésique. Ces tests doivent se baser sur plusieurs domaines d'études : neurophysiologie, tests de mémoire (analyse du processus de mémorisation, enregistrement, stockage, restitution de l'information), neuro-imagerie (IRM) et détermination de marqueurs biologiques, qui mesurent les variations des neurotransmetteurs. C’est  le croisement des résultats de ces tests, même s'ils ne sont pas fiables à 100%, qui permet de détecter la maladie à un stade précoce.

Un test de dépistage d'Alzheimer en 20 minutes, Il semblerait qu'un test de dépistage précoce de la maladie en 20 minutes ait été élaboré par une équipe de chercheurs français de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Il s'agit là de la première méthode de dépistage précoce, fiable et reproductible par imagerie cérébrale. L'idée est d'utiliser l'imagerie du cerveau (IRM) pour analyser l'épaisseur de la matière grise des patients, le cortex, une zone particulièrement atteinte par la maladie. Cette technique,  a l'avantage d'être simple, rapide et surtout prometteuse, même si elle est encore en cours d'étude.

Le gouvernement a incité à la création des consultations mémoire pour favoriser le dépistage précoce de la maladie. Ouverts à toute personne présentant des troubles de la mémoire et/ou des troubles  cognitifs (raisonnement, jugement, compréhension...), ces lieux d'examens et d'accompagnement proposent une évaluation complète de l'état cérébral des patients, bilan clinique, évaluation psychologique, examens biologiques et examens d'imagerie  médicale. Ces bilans permettent de rassurer la personne, ou alors de déterminer avec fiabilité l'existence d'un syndrome démentiel, et d'envisager sa prise en charge (suivi thérapeutique, aide à la dépendance, accompagnement des aidants, groupes de paroles...).

Ces Consultations mémoire sont réalisées soit en hôpital, soit auprès de neurologues libéraux, en partenariat avec les médecins généralistes. En cas de diagnostic complexe, les patients sont dirigés vers les Centres Mémoire de Ressources et de Recherche (CMRR).

Vous pouvez nous contacter à tout moment à contact@retraitesereine.com, Retraite Sereine vous rappellera dans les plus brefs délais.

Qu'en est-il du « vaccin » contre la maladie d'Alzheimer?

Selon les spécialistes, il existe des espoirs réels d'ici 5 à 10 ans d'assister à la mise sur le marché d'un vaccin contre la maladie d'Alzheimer.

Un premier vaccin avait dû être abandonné en 2001, à cause de ses effets secondaires. Aujourd'hui, la société pharmaceutique autrichienne reprend le flambeau.

Le vaccin AD02 d'Affiris a déjà atteint la phase des tests sur les malades, assurant sa sûreté pour les humains. Les résultats de ces nouveaux tests, qui permettront de vérifier l'efficacité du candidat vaccin, devraient être disponibles assez rapidement.

Il devra être testé sur environ 420 personnes déjà atteintes de la maladie d'Alzheimer  en France, Croatie, Autriche, Allemagne, Slovaquie et République tchèque. Affiris a développé ce vaccin avec la coopération de la compagnie britannique GlaxoSmithKline.

Cette substance s'attaque aux plaques séniles en provoquant une réaction de l'organisme, qui se met à produire des anticorps capables de lutter contre la formation de plaques amyloïdes dans le cerveau. Ces plaques bloquent les signaux nerveux et provoquent une dégénérescence progressive des fonctions cognitives.

Vous pouvez nous contacter à tout moment à contact@retraitesereine.com, Retraite Sereine vous rappellera dans les plus brefs délais.

La maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées

En neurologie, les formes de dégénérescence du cerveau font parties de la catégorie des démences. Mais toutes les démences séniles ne sont pas des maladies d’Alzheimer. Il existe ainsi plusieurs maladies apparentées à celle d’Alzheimer dont les symptômes de départ varient, et qu’il est nécessaire de distinguer pour suivre le traitement adéquat.

La maladie d'Alzheimer et les maladies apparentées, La maladie d'Alzheimer est une maladie neuro dégénérative, qui entraîne la perte progressive et irréversible des cellules nerveuses.

Cette altération du cerveau, qui peut durer de 8 à 10 ans, entraîne ainsi la perte inéluctable de plusieurs fonctions cognitives comme la mémoire, le langage, la coordination corporelle et gestuelle, la capacité d'orientation dans le temps et l'espace ou les facultés de réflexion et de déduction. Aujourd'hui, le terme maladie d'Alzheimer évoque plusieurs maladies qui manifestent des troubles semblables, mais il s'agit là d'un abus de langage.

Description des maladies apparentées à Alzheimer, Plusieurs maladies, regroupées sous le terme générique de maladies apparentées à celle d'Alzheimer ou démences, possèdent des caractéristiques propres même si leur point commun est la dégénérescence neuronale

1. La démence vasculaire, est très peu connue alors qu'elle représente la deuxième cause de démence en France, au vu du nombre de personnes atteintes. Les troubles neurologiques constatés sont dus à un Accident Vasculaire Cérébral (AVC),

2. La maladie à corps de Lewy, Avec 15 à 20% des cas de maladies neurodégénératives, la maladie à corps de Lewy occupe la 3ème place. Mal connue, cette maladie est provoquée par des dépôts  anormaux de corps de Lewy dans les neurones.

3. La Dégénérescence Fronto-Temporale (DFT) et maladie de Pick, Parmi les autres types de démences apparentées à la maladie d'Alzheimer, Il existe les dégénérescences fronto-temporales, dont la maladie de Pick. Celle-ci est caractérisée par la présence de cellules particulières appelées « corps de Pick », et découvertes après autopsie.

4. Les atrophies du lobe temporal à expression verbale.

5. Enfin, il existe encore d'autres maladies apparentées à celle d'Alzheimer comme:

a. L'aphasie progressive primaire,

b. La démence sémantique.

c. La paralysie supra-nucléaire progressive ou « Steel-Richardson »

d. La dégénérescence cortico-basale Cette maladie dégénérative s'attaque plus particulièrement au cortex,

Vous pouvez nous contacter à tout moment à contact@retraitesereine.com, Retraite Sereine vous rappellera dans les plus brefs délais.


comments powered by Disqus