<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

La dénutrition des seniors

La dénutrition du senior pose un réel problème de santé publique. En France, elle atteint 10% des plus de 85 ans qui vivent à domicile et près de la moitié des personnes âgées hospitalisées.

Or la malnutrition détériore l’immunité et favorise la diminution de la masse musculaire.

En affaiblissant la personne qui en souffre, la dénutrition est ainsi un facteur susceptible d'entraîner une situation de perte d’autonomie.

La dénutrition se manifeste par la diminution des apports alimentaires, qui entraînent des carences multiples et une détérioration de la santé. Le premier symptôme évident  de la dénutrition est la perte de poids.

Les facteurs favorisant la dénutrition du senior se combinent, favorisant l'apparition d'une situation de dénutrition chez les ainés:

  • La réduction de l'activité physique, a pour conséquence de diminuer les besoins alimentaires. Les seniors peuvent être amenées à ne plus éprouver de sensation de faim et à sauter des repas.
  • Le goût à l'instar des autres sens, s'altère avec l'âge. Les aliments n'ont plus de saveur et les ainés perdent l'appétit, rechignant ainsi à manger.
  • Les problèmes digestifs et gastriques, les maux gastriques augmentent avec l'âge, alors que la muqueuse gastrique s'atrophie. Par ailleurs, la diminution des sécrétions enzymatiques digestives peut être la cause de constipation.
  • Les problèmes bucco-dentaires ont comme impact de faire souffrir les seniors avec des problèmes dentaires ou des gencives douloureuses. La mastication devient difficile, voire douloureuse. Les aînés ont alors tendance à renoncer à des aliments riches en apports nutritifs car difficiles à mâcher, comme la viande ou les légumes.
  • La médication : les seniors ont souvent pléthore de gélules et comprimés à avaler en début de repas. Beaucoup de médicaments altèrent le goût et parfois diminuent la salivation. Autant de raisons qui poussent à délaisser une alimentation normale.
  • La perte d'appétit liée à la dépression est courante au grand âge. Elle est un facteur causant et aggravant la malnutrition.
  • Les préjugés alimentaires erronés peuvent être la source d'une malnutrition, on a tendance à croire que l'organisme des seniors requiert moins d'énergie que celui de personnes plus jeunes. Or il n'en est rien : les besoins énergétiques sont plus importants à l'âge de 75 ans qu'à 55 ans.

Les signes précurseurs de la dénutrition sont liés à la présence de plusieurs facteurs suivants qui doivent éveiller la vigilance de l'entourage sur les risques de dénutrition :

  • Problèmes bucco-dentaires
  • Problèmes de déglutition
  • Constipation
  • Médication supérieure à 3 médicaments par repas
  • Etat dépressif, solitude, veuvage
  • Ressources financières insuffisantes
  • Perte de 2 kilos dans le dernier mois ou de 4 kilos dans le dernier semestre
  • Taux d'albumine inférieur à 35g/l ou cholestérol inférieur à 1.6g/l
  • Existence d'une maladie grave.

La dénutrition agit sur l'immunité, entraînant une fragilité globale. Elle entraîne un amaigrissement, qui peut être suivi d'asthénie, voire d'anorexie. La fatigue s'installe,  ainsi que l'affaiblissement général, qui peut entraîner des troubles physiques, des infections, etc.

À terme, la dénutrition entraîne maladies et perte d'autonomie. Elle est le facteur aggravant de la morbidité. Un cercle vicieux s'instaure avec le cycle, Dénutrition, affaiblissement, maladie, faiblesse et donc manque de force et d'envie de s'alimenter.

De plus, la dénutrition accélère la perte de la masse musculaire, favorisant ainsi les chutes et les fractures.

Prévenir la dénutrition du senior :

  • Enrichir l'alimentation, Il faut un apport quotidien d'un gramme de protéine par kilo. Il ne faut donc pas hésiter à enrichir les préparations culinaires, en utilisant du lait et de la crème par exemple.
  • Choisir des mets faciles à ingérer, Pour pallier la difficulté à mastiquer, il est possible de proposer de la viande hachée, du thon émietté, de la soupe, etc.
  • Relever le goût des plats, Le goût s'émousse, il faut donc relever les plats à force d'épices, de condiments et d'aromates. Les pâtisseries, alléchantes et riches en apports glucidiques, peuvent également convenir à nos aînés.

Bibliographie et Liens utiles

http://www.adlf.org/ : le site de l'association des diététiciens de langue française. L'alimentation des personnes âgées et la prévention de la dénutrition, Estem, Jean-Claude Basdekis.

Vous pouvez nous contacter à tout moment à contact@retraitesereine.com, Retraite Sereine vous rappellera dans les plus brefs délais.


comments powered by Disqus